Avec Nada AFIOUNI, David BOBÉE, Myriam CHAIEB, Anne-Flore de GUYENRO, Laurence IZAMBARD, Sébastien MINCHIN, Elise PALOMARES, Moïse TOURÉ et Monia TRIKI

A l’heure du « village-monde » et de la mondialisation de toutes les formes d’échanges, on voit apparaître à différents degrés, tant dans la société civile que chez les politiques, des crispations identitaires et la tentation d’un repli sur soi. Les thèmes de l’immigration, de l’identité et de la diversité sont plus que jamais polémiques. Selon l’étude menée par le collectif “décoloniser les arts” et officialisée par l’INSEE, 30% de la population française n’est pas blanche. Malgré un discours d’ouverture et une réelle volonté de contrer les replis identitaires, le secteur culturel français n’est pas représentatif de cette diversité. Aujourd’hui encore, la plupart des disciplines excluent une partie de la population.

C’est à partir de ce constat que la promotion du Master 2 “développement des publics de la culture” de l’Université de Rouen organise cette journée d’étude intitulée “Origines, Cultures et diversité. Quels enjeux pour le monde culturel ? ”.

En croisant les points de vue de nos différents intervenants, nous tenterons de comprendre les enjeux et les raisons de la marginalisation et de l’invisibilité des artistes et des publics issus de cette diversité au sein des structures culturelles françaises. Nous exposerons un état des lieux des initiatives et des pratiques menées par certains acteurs culturels, avec pour objectif de dégager des solutions concrètes, qui permettront, nous l’espérons, de contribuer au décloisonnement des arts, des publics, et de tendre vers une diversité culturelle plus effective et représentative de notre société.

Programme

9h30 – 10h : Ouverture, accueil, mot d’introduction

Anne-Lise Worms, maîtresse de conférences et vice-présidente du conseil académique en charge de la culture à l’université de Rouen.

10h – 12h : Identités et inégalités : état de la diversité culturelle en France

Lors de cette table-ronde à vocation introductive, les différents intervenants développeront les notions d’identité, de métissage, d’ethnicité et les relations inégalitaires des individus à la culture, en France, aux XXe et XXIe siècles. A travers l’analyse de ces différents concepts, nous tenterons d’avoir une vision d’ensemble sur les questions d’identités, d’inégalités pour faire un état des lieux de la diversité culturelle aujourd’hui.

INTERVENANTS :

Nada Afiouni, maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’Université du Havre, membre du groupe de recherches « Identités et Cultures ».Co-auteure notamment de l’article « Discriminations, mesure des discriminations et discrimination positive à l’égard des populations d’origine immigrée en Europe : Perspectives franco-britanniques », presses universitaires de Bordeaux, 2012.

Élise Palomarès, socio-anthropologue, maîtresse de conférences à l’Université de Rouen/Laboratoire des Dynamiques Sociales et membre associée à l’Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS, UMR CNRS, IRD, Universités Denis Diderot et Nice-Sophia Antipolis).
Elle a notamment coordonné, avec Elise Lemercier et Valelia Muni-Toke, le dossier « Inégalités outre-mer » pour la revue Terrains et Travaux.

13h30 – 15h : Diversité des publics : entre multiculturalisme et stéréotypes

Cette table ronde s’attachera à mettre en avant les initiatives prises par les structures culturelles vers les publics dit “minoritaires”. En abordant la thématique de la société multiculturelle, il s’agit de prendre en compte les stéréotypes liés aux publics et aux structures et de les questionner.

INTERVENANTS :

Anne-Flore De Guyenro, responsable de la programmation Jeune Public et de l’action culturelle au Cirque Théâtre d’Elbeuf, travaillant étroitement avec l’association culture du cœur pour la formation de ses bénévoles.

Laurence Izambard, chargée de communication, des relations avec les publics et responsable de l’action culturelle du Rive Gauche – St Etienne du Rouvray, une scène conventionnée danse qui a permis la création d’un partenariat avec l’ASPIC aidant un groupe de femmes issues des quartiers prioritaire à accéder à la culture.

Sébastien Minchin, directeur du muséum d’histoire naturelle de Rouen, qui a considérablement augmenté ses chiffres de fréquentation grâce à de nombreuses actions et principal acteur de la restitution des restes humains des Maories qui a permis notamment la modification du code civil en matière d’affaires funéraires.

15h15 – 17h45 : Enjeux et mise en pratique de la diversité culturelle

Selon l’étude menée par le collectif “décoloniser les arts” et officialisée par l’INSEE, 30% de la population française n’est pas blanche. Malgré un discours d’ouverture et une réelle volonté de contrer les replis identitaires, le secteur culturel français n’est pas représentatif de cette diversité. Quelles sont les raisons de la marginalisation et de l’invisibilité des artistes et des publics issus de cette diversité dans les structures culturelles en France ? Quelles sont les initiatives et les solutions mises en place pour favoriser cette diversité ?

En croisant les points de vue de nos intervenants, nous exposerons des parcours d’artistes et différentes pratiques de lieux culturels permettant de décloisonner les arts et de mettre en œuvre une réelle diversité culturelle.

INTERVENANTS :

David Bobée, directeur du CDN Normandie – Rouen et membre du collectif “décoloniser les arts”. Son théâtre sans frontière met en scène des interprètes pluridisciplinaires, aux nationalités et cultures diverses. Il monte en 2014 Lucrèce Borgia et cette saison The Rake’s Progress de Stravinsky à l’Opéra de Caen. Il est le parrain du département des Métiers de la culture pour l’année 2016/2017.

Myriam Chaïeb, artiste plasticienne travaillant sur le souvenir à travers la musique en réalisant des portraits vidéo. Elle poursuit la recherche à l’ÉSADHaR en tant que chercheuse associée au sein du laboratoire Voir, articulé autour des images.

Monia Triki, responsable du mécénat et des partenariats au Théâtre National de la Colline, participant activement à la mise en place du projet de formation “Premier acte ». Membre actif de l’association artistes sans frontières qui a pour but d’aider les artistes dans le monde entier à se faire connaître. Cette association promeut un échange international de l’art et des artistes.

Moïse Touré, auteur, metteur en scène, directeur de la compagnie Les Inachevés – membre du Collège de la diversité, institué par le Ministère de la Culture et de la Communication. Il met en scène divers auteurs d’Afrique et d’Europe, toujours avec un lien essentiel au territoire.

18h : restitution

Informations pratiques

Mercredi 15 mars 2017 : 9h30-18h30

Entrée libre

Maison de l’Université, salle de conférence
Place Emile Blondel, 76130 Mont-Saint-Aignan

En transport en commun :
Depuis le centre-ville : ligne teor T1, direction Mont-aux-Malades, arrêt Campus
Depuis la gare : ligne fast F2, direction La Vatine, arrêt Place Colbert, puis 5 minutes de marche

En voiture :
Parking gratuit aux alentours

Publicités